Jeunes en apprentissage : la PEEP demande des garanties pour assurer leur sécurité

Jeunes en apprentissage : la PEEP demande des garanties pour assurer leur sécurité


Paris, le 27 avril 2020

 

Jeunes en apprentissage : la PEEP demande des garanties pour assurer leur sécurité

 

La Fédération PEEP tient à attirer l'attention des pouvoirs publics sur la situation très particulière, et bien souvent alarmante, des jeunes en apprentissage pendant cette période de confinement et bientôt de déconfinement.

En effet, les CFA (Centres de Formation d'Apprentis) étant fermés comme tous les établissements scolaires, depuis le 16 mars ; et la continuité pédagogique n'étant pas toujours possible, de nombreux jeunes travaillent chez l'employeur à plein temps, même les semaines où ils sont censés être dans leur CFA, hors de tout suivi par l'enseignant référent et sans convention de stage.

De leur côté, les employeurs, notamment dans le secteur agricole et agro-alimentaire, peuvent trouver une satisfaction à bénéficier d'une main d'œuvre sur laquelle compter, par les temps qui courent, de pénurie de travailleurs saisonniers et/ou étrangers. Ces jeunes, qui subissent une pression supplémentaire - du fait qu'ils cumulent les statuts de salarié et d'élève avec une échéance scolaire - rendent un fier service à la collectivité dans des secteurs considérés comme "prioritaires à la nation".

Il ne faudrait donc surtout pas les oublier lors du déconfinement, annoncé pour le 11 mai, et de la reprise de leurs cours en CFA. Ils doivent, comme tous les autres élèves de France, pouvoir bénéficier de conditions de sécurité optimales avec instauration des gestes barrière et toutes les mesures de précaution nécessaires.

La PEEP, inquiète des risques auxquels sont exposés ces jeunes, souvent mineurs, restera vigilante sur le bon déroulement de leur formation, dans les différentes périodes de l'alternance (au CFA et chez l'employeur), avec toutes les garanties indispensables.

Télécharger le CP