La décentralisation de l'éducation vue par les parents

La décentralisation de l'éducation vue par les parents

2602 parents, répartis de façon homogène sur tous les types de territoires, se sont exprimés.

 

En matière d’éducation, la vision des parents d’une décentralisation réussie repose sur 3 piliers :

 

 

PROXIMITE, PARTICIPATION LOCALE et TRANSPARENCE.

 

 

PROXIMITÉ 

 

La connaissance et la confiance des parents dans leurs collectivités territoriales sont corrélées à leur degré de proximité :

 

Les parents connaissent mieux les missions et actions de leur commune en matière d’éducation que celles de leur Conseil général et Conseil régional (missions : 76% commune, contre 56% Conseil général et 48% Conseil Régional. Actions : 61% commune, contre 33% Conseil général et 24% Conseil Régional).

 

Ils n’accordent leur pleine confiance dans l’exercice de ses missions actuelles qu’à la commune, notamment pour l’organisation scolaire (cantine 62%, encadrement des enfants 52%, entretien des bâtiments 57%).

 

Leur Conseil général et Conseil régional n’obtiennent de leur part qu’une confiance mitigée, et même très limitée dans le cas du Conseil régional pour ce qui concerne notamment :

 

- la définition de la carte des formations (85% ne se déclarent que partiellement ou pas du tout confiants),

- l’acquisition et la maintenance du numérique (77%),

- la gestion du service public régional d’orientation (84%).

 

PARTICIPATION

 

  • La participation des parents est un des OBJECTIFS de la décentralisation

 

En matière de décentralisation, si les parents d’élèves plébiscitent en premier lieu des objectifs économiques

  • Augmenter l’efficacité de l’affectation des crédits (35%)
  • Augmenter la cohérence entre formations proposées et débouchés professionnels locaux (28%)

 

Un quart d’entre eux souhaite voir augmenter la participation locale au processus décisionnel en matière d’éducation (25%).

 

  • La participation des parents est un FACTEUR DE RÉUSSITE de la décentralisation

 

60% des parents d’élèves estiment que la réussite de la politique de décentralisation de l’éducation passe par une plus grande participation locale à la prise de décisions en matière d’éducation

  • Par le mode de referendum décisionnel local (19%)
  • Par le mode du jury citoyen (19%)
  • par l’établissement d’un partenariat avec des associations d’usagers (22%)

 

 

  • la participation des parents doit être accrue, prioritairement dans LA COMMUNE

 

65% souhaitent que leur pouvoir décisionnel soit renforcé, et cela prioritairement au sein de leur commune

(73%, contre 65% Conseil général, 56% Conseil régional)

 

65% d’entre eux souhaitent, dans cette logique, que la commune soit plus autonome en matière d’organisation scolaire

 

Car selon eux, la commune est la collectivité territoriale où s’exercent le plus pleinement les objectifs de la démocratie locale :

 

  • Favoriser le dialogue entre les habitants et leurs élus (92%)
  • Participer à la décision publique (63%)
  • Impliquer les habitants dans les projets (85%)
  • Créer un espace de débat et de confrontation (68%)

 

TRANSPARENCE

 

Pour 30% des parents, la TRANSPARENCE envers les communautés éducatives est un FACTEUR DE RÉUSSITE de la politique de décentralisation de l’éducation.

 

zzz

 

Dans le cadre de la décentralisation de l’éducation, les parents d’élèves, attachés à la proximité des instances décisionnaires, espèrent une plus grande participation au processus de décision et davantage de transparence.

Il est à noter que, s’ils sont 55% à pouvoir envisager la disparition du Conseil Général, ils restent partagés entre ce qui nous semble refléter leur pragmatisme économique

  • Transfert de compétences au Conseil régional (30%)

Et leur attachement à la proximité des instances décisionnaires

  • Transfert de compétences aux « métropoles » (25%)

 

Voir les résultats du questionnaire