Génèse du comité

La fédération Peep annonçait  lundi 10 novembre 2014 qu’elle avait demandé à Jean-Louis Auduc (agrégé et docteur en histoire) de diriger un comité de réflexion sur les rapports famille-école", lequel aurait pour but non seulement de réfléchir, mais aussi de mettre en avant les bonnes pratiques pour permettre aux parents, notamment les plus éloignés de l’école, de mieux comprendre son fonctionnement et de participer activement à la vie de celle-ci.

 

Le 24 novembre 2014 se tenait la première réunion du Comité et Jean-Louis Auduc, son président, ouvrait ses travaux ainsi :

 

« De nombreux parents sont stressés, angoissés par le fonctionnement de l’Ecole. Ils sont désemparés par une école complexe, qui a beaucoup changé, différente de celle des territoires dont ils sont issus parfois. Un enjeu important, donc : construire une école rassurante.

 

4 thèmes possibles de réflexion

  1. Comment réfléchir à une gouvernance  des écoles, collèges, lycées qui permettent réellement d’impliquer les familles ?   Les parents participent en spectateurs, comment les transformer en acteurs ? Comment faire pour que leur participation fasse sens ?
  2. Comment mieux insérer dans les écoles, collèges et lycées, les parents les plus éloignés. Il faut jeter des ponts vers les parents les plus éloignés de l’école, élargir le halo de compréhension de l’école. Il faut permettre aux représentants de parents d’être des relais, des médiateurs.
  3. Comment mieux faire participer les parents aux grands débats sur l’école, notamment sur les programme, l’évaluation, l’orientation, ses missions, ses objectifs ? Quels outils concevoir ?
  4. Comment faire pour que les personnels de l’Education nationale (représentés de nombreux métiers différents) soient formés à une meilleur communication avec les familles. Car travailler sur les relations familles-Ecole, c’est permettre une meilleure réussite aux élèves. »

 

Valérie MARTY, présidente nationale de la Fédération PEEP, assistait exceptionnellement à cette première réunion et présentait la volonté de la fédération de créer  « un comité complètement indépendant, libre de faire son cheminement ». Elle souhaitait qu’il soit novateur, qu’il change les choses, qu’il soit provocateur s’il le souhaite « pour sortir de la défiance entre parents et profs. Les parents sont dans la médiation, le dialogue, ils ont envie de travailler avec l’école. Il faut aider ces bonnes volontés à essaimer, convaincre qu’il faut fonctionner autrement ».

 

Consulter le Compte-rendu de la réunion d'ouverture des travaux