FAQ Collège : Scolarité

 

 

 

Comment inscrire mon enfant au collège et qu'est-ce que la carte scolaire ?
Le territoire de chaque académie est divisé en secteurs scolaires. Chacun correspond à la zone de desserte d'un colège public. Dans la mesure du possible, une école est rattachée à un collège. L'inscription en 6ème se fait pour une large part de manière quasi automatique. Les écoles transmettent la liste de leurs élèves passant en 6ème au collège dont ils dépendent géographiquement en fonction de leur adresse. Les parents doivent toutefois confirmer l'inscription d'un point de vue administratif (photo, fiche de sécurité...).
Les parents peuvent demander des dérogations pour inscrire leur enfant dans un collège autre que celui dont dépend leur domicile ; une possibilité offerte par l'assouplissement de la carte scolaire.

Si vous souhaitez inscrire votre enfant dans un autre établissement, vous devez faire une demande de dérogation. Cette demande sera satisfaite s'il y a de la place dans l'établissement demandé. Si la "carte scolaire" a été assouplie depuis quelques années, les demandes de dérogation restent traitées sur la base de critères prioritaires précis :
- les élèves nécessitant une prise en charge médicale importante à proximité de l'établissement demandé ;
- les élèves boursiers au mérite et boursiers sur critères sociaux ;
- les élèves qui doivent suivre un parcours scolaire particulier ;
- les élèves dont un frère ou une soeur est déjà scolarisé dans l'établissement souhaité ;
- les élèves dont le domicile est situé en limite de secteur et proche de l'établissement souhaité.

Haut de page

 

 

Mon enfant peut-il redoubler au collège ?

Une raréfaction programmée

Selon le ministère de l’Education nationale (Depp- édition 2015 de L’Etat de l’école, page 31), de 1986 à 2014, les  redoublements sont passés, au collège, de 15% en 5e et 3e, de plus de 10% en 6e et 4e à moins de 5%. Au lycée, ils sont passés de 15 à 20% en seconde et terminale à entre 5 et 10%, et de 12% en première à moins de 5%. Ainsi, l’étude pointe page 40, «depuis 2003, l’ensemble du second degré a perdu 166 500 élèves, du fait de la baisse des redoublements ou de la taille des générations (…) La durée de scolarisation diminue légèrement dans le secondaire du fait, en partie, de la baisse des redoublements ». Dans le premier degré, entre 2008 et 2014, selon les évaluations CEDRE, « il apparaît que le pourcentage d’élèves « en retard » a baissé, passant de 15,3 % à 11,4 %, conséquence directe de la diminution des redoublements.

Au collège et au lycée :

Le redoublement ne figure plus dans les propositions ou les décisions d’orientation possibles. Mêmes dispositions qu’en primaire : il est exceptionnel, pour pallier une période importante de rupture des apprentissages scolaires seulement et il intervient avec l'accord écrit des représentants légaux de l'élève ou de l'élève majeur.

Lorsqu'un redoublement est accordé à titre exceptionnel, un accompagnement pédagogique spécifique (PPRE possible) est mis en place.

 

Hors rupture des apprentissages scolaires, la famille ou l’élève majeur doit recourir à une procédure d’appel pour obtenir un redoublement. En revanche, le maintien dans la classe d’origine est un droit pour un an à l’issue de la classe de 3ème et de 2nde, sans restriction liée à un éventuel redoublement antérieur, lorsque les parents de l'élève ou l'élève majeur sont en désaccord avec la décision d’orientation définitive (lors de la toute dernière phase du dialogue avec l’administration-fiche navette) et ne souhaitent pas formuler un recours en saisissant la commission d’appel, chargée de se prononcer sur une autre voie d’orientation ou série de bac que celle ayant fait l’objet.

Voir un exemple de fiches de dialogue fin de 2nde et 3ème

Ce maintien en classe d’origine ne s’applique que dans le cadre d’une orientation et ne doit en aucun cas être confondu avec un redoublement.

Décret n°2014-1377 du 18 novembre 2014

NB: Début mai, devrait parvenir aux établissements une circulaire d’application précisant la procédure d’appel pour les 6ème, 5ème, 4ème et 1ère .

 

 

Haut de page

 

Que sont les établissements de réinsertion scolaire ?
A la rentrée 2010, onze internats autonomes, situés dans l'enceinte de collèges, ont été créés pour accueillir des élèves en proie à des difficultés scolaires et sociales. Objectif de ces établissements de réinsertion scolaire (ERS) : oeuvrer pour la réintégration dans un parcours de formation générale, technologique ou professionnelle, de ces collégiens "perturbateurs" âgés de 13 à 16 ans.
"Perturbateurs" parce qu'ayant fait l'objet de multiples exclusions, ou se trouvant en situation d'absentéisme ou de déscolarisation. Dans tous les cas, c'est le chef d'établissement qui propose l'affectation en ERS à l'inspecteur d'académie, lequel prend sa décision après avis d'une commission. La consultation et l'accord de l'élève et de sa famille sont nécessaires.
Dans ces ERS, un projet éducatif et pédagogique est aménagé compte tenu de la situation de l'élève. Les enseignements doivent lui permettre d'acquérir le socle commun de connaissances, de prendre conscience de l'importance des règles et de construire un projet d'orientation. Des bilans réguliers et un dialogue avec les parents font partie de cette réinsertion encadrée par des enseignants volontaires, des éducateurs du conseil général et des volontaires du service civique

Haut de page

 

 

Quelles sont les aides financières et les bourses pour le collège ?
Le fonds social collégien
Ce fonds est destiné à apporter une aide rapide aux familles qui se retrouvent dans une situation financiaire difficile pour assumer les dépenses de scolarité et de vie scolaire. Cette aide exceptionnelle peut prendre la forme d'une aide financière directe ou de prestations en nature (frais de demi-pension ou d'internat, fournitures diverses, etc.). La décision d'attribution dépend du chef d'établissement (après avis d'une commission).
Le même dispositif existe pour le lycée avec le fonds social lycéen.

Les bourses des collèges
Pour bénéficier d'une bourse des collèges, les ressources de la famille doivent être inférieures à un plafond, qui détermine le montant de la bourse. Pour l'année scolaire 2013-2014, les ressources prises en compte correspondent au revenu fiscal de référence mentionné sur l'avis d'imposition ou de non imposition sur le revenu 2011.
Le dossier de demande de bourse doit être remis au chef d'établissement. La bourse est versée en trois parts égales, à chaque trimestre, déduction faite des éventuels frais de demi-pension ou de pension.
Pour toute information, adressez-vous dès la rentrée au secrétariat du collège ou à l'inspection académique, service des bourses.

Les bourses au mérite
Les élèves boursiers qui ont obtenu une mention "bien" ou "très bien" au diplôme national du brevet se voient attribuer une bourse au mérite, à condition de poursuivre leurs études vers le bac. Ce complément de bourse d'un montant de 800 € est versé en classe de seconde en trois fois.

Haut de page